Jeudi 25 septembre 2008 4 25 /09 /2008 22:08
L'an passé au Conseil national de juin, j'avais dénoncé une méthode,
celle des contributions et des motions, obsolète, dépassée, qui ne sert
plus que de paravents à des querelles de personnes. 18 mois plus tard,
cette triste mécanique tourne à plein : nul bilan de nos défaites ou de
leurs causes; nulle amorce de véritable réflexion politique sur ce que
peut et doit être une gauche d'aujourd'hui... Soit!

Parce que la politique est d'abord tournée vers l'action, l'on ne peut
cependant se résigner à ce constat. Le réquisitoire est utile pour
permettre une prise de conscience mais il ne peut suffire! Aussi, et
quoi qu'on en pense, convient-il désormais de *tout mettre en oeuvre
pour que Reims, à défaut d'être réussi, ne soit pas un échec collectif.
*Peut-être même peut-on espérer en faire le modeste point de départ d'un
changement nécessaire. Notre but doit être par conséquent d'exercer une
pression suffisante au cours des prochaines semaines pour que la voix de
la rénovation ne soit pas étouffée; pour que nous soyons suffisamment
nombreux à *exiger une démocratisation de notre parti, par exemple en
réduisant le plus possible la place des clans et des courants*; pour que
les *votes militants *viennent ponctuer, dans le cadre de consultations
et de conventions thématiques *chaque étape de notre réflexion
collective*; pour que vive l'idée d'*assises de l'alternative* ouvertes
non aux états-majors, mais à tous les citoyens désireux de changement;
pour qu'enfin, sur cette base élargie d'un parti rénové, soit élu un
leader qui puisse incarner l'opposition et préparer l'alternance.

Je ne suis pas de ceux qui croient ou font semblant de croire qu'il
suffira pour y parvenir de constituer une majorité arithmétique. *Le
changement viendra non d'une stratégie d'alliance interne mais d'une
dynamique à créer qui seule pourra, au soir du congrès, bouleverser les
accords de façade pour réunir ceux qui aspirent à une véritable
régénération. *C'est la raison pour laquelle, j'ai choisi d'apporter mon
soutien à la démarche politique engagée autour des signataires de la
motion présentée par Gérard Collomb et de Ségolène Royal. Non pour
appuyer telle ou telle personnalité, mais par cohérence avec mes prises
de position depuis plus d'un an. C'est en effet dans le cadre de leur
motion que s'exprimera avec le plus de force et de détermination la
volonté de renouvellement idéologique, démocratique, générationnel sans
laquelle rien ne sera possible.

Gaëtan Gorce
http://gorce.typepad.fr/blog/


Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Congrès PS 2008
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mardi 23 septembre 2008 2 23 /09 /2008 21:20

la fraternité a son zénith
Vidéo envoyée par alxb74

la fraternité a son zénith le 27 septembre de 18 à 22h, au zénith de paris, avec : ségolène royal, trust, cali, ariane mnouchkine, da silva, georges moustaki, julie delpy, patrick fiori, hervé vilard, mahyar monshipour... entrée gratuite.

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Réunions Publiques et Meetings
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Samedi 13 septembre 2008 6 13 /09 /2008 12:40
Retrouvons nous tous au Rassemblement de la Fraternité !

Si vous aussi vous vous interrogez sur l'évolution de notre société, si vous aussi vous souhaitez bâtir un monde plus juste, un monde meilleur, venez exprimer ces attentes !

Un grand concert, des nombreux artistes, des films, des réflexions menées notamment par Ségolène... c'est pour une belle fête que nous allons nous retrouver.

Le Rassemblement de la fraternité et de l'avenir est un évènement citoyen, ouvert à toutes celles et ceux qui veulent bâtir un monde meilleur.

IL SE TIENDRA AU ZENITH DE PARIS
LE 27 SEPTEMBRE 2008
DE 18 à 22 heures

PARLEZ EN AUTOUR DE VOUS ET VENEZ NOMBREUX
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Réunions Publiques et Meetings
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Lundi 1 septembre 2008 1 01 /09 /2008 00:10
« Il faut au PS une direction de bâtisseurs, pas de magouilleurs individualistes. »
Claude Allègre, Le Figaro, 29 août 2008

C'est vrai que quand Claude Allègre parle de magouilleurs individualistes, il sait de quoi il parle !
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Puisqu'ils le disent...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Dimanche 31 août 2008 7 31 /08 /2008 12:15
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Discours de Ségolène Royal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Jeudi 14 août 2008 4 14 /08 /2008 07:17
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Original et Amusant
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Vendredi 25 juillet 2008 5 25 /07 /2008 23:51
Il est rare en ce moment que des leaders socialistes facent preuvent de confraternité et de solidarité par rapport aux autres.

Bien qu'aux antipodes politiques du PS par rapport à Ségolène Royal, Jean-Luc Mélenchon montre ici ce que d'autres auraient du faire.

Je ne le dis pas souvent mais là, ça le mérite : chapeau Jean-Luc !


Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Brèves
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mercredi 23 juillet 2008 3 23 /07 /2008 18:11

Chères amies, Chers amis,

La réforme des institutions a été adoptée hier par le Congrès réuni à Versailles.

Ce n’est pas la victoire de la démocratie, c’est le renforcement du pouvoir monocratique de Nicolas Sarkozy, à coups de pressions indignes sur plusieurs députés.

C’est Robert Badinter, l’ancien président du Conseil constitutionnel, qui a le mieux exposé les raisons de ne pas voter ce texte et souligné l’occasion perdue de mettre fin à la « monocratie » qui caractérise aujourd’hui notre régime (Vous pourrez lire son texte ci-dessous.)

Où sont les garanties et les moyens d'indépendance de la presse ? Aujourd'hui, on constate la mainmise des groupes financiers proches du pouvoir sur les principaux médias, et la tentative de mise sous tutelle du service public de l'audiovisuel. Où est le mandat unique qui permettrait au Parlement d’être plus représentatif de la société française ? Il manque aussi ces deux autres piliers que sont la démocratie sociale - on a vu récemment la façon humiliante dont Nicolas Sarkozy traite les syndicats - et la démocratie territoriale, avec une nouvelle étape de décentralisation qui permettrait à l'État d'être plus efficace.

Certains reprochent à la gauche d’être dans une « opposition pavlovienne ». Mais c’est la droite qui conduit une politique dure, dogmatique, brutale et cela, de façon systématique ! C’est le régime du mépris généralisé, comme je le disais dans une interview au Parisien.

Alors non, il n’était pas moral de donner quitus à un gouvernement qui, tous les jours, donne de mauvais exemples de gestion des affaires publiques. Un seul socialiste a voté en faveur de la réforme. Comme par hasard, celui-là même qui m’a violemment attaquée quand je me contentais de dire la vérité sur Nicolas Sarkozy. Saura-t-on le prix payé pour ce vote ? Quelle dépendance et pourquoi ? Les démocrates, eux, en supporteront le coût. Bravo, en tous cas, aux élus radicaux qui ont résisté à la pression.

--------------------

Question plus importante : qui, pendant ce temps-là, se soucie de la vie quotidienne des Français, sur laquelle cette réforme institutionnelle n’aura aucun effet ? Cet été, ils vont passer moins de temps en vacances que l’an dernier et sont déjà préoccupés par les factures de la rentrée.

À ce sujet, je retiens deux faits marquants dans l’actualité. L’insee nous apprend que le nombre de Français pauvres a encore augmenté. Ce sont aujourd’hui 7,9 millions de personnes qui gagnent moins de 880 euros par mois. Presque 14 % de la population. C’est énorme et inquiétant.

À l’autre bout de la chaîne, les plus riches voient leurs revenus augmenter sans arrêt. Le nombre d’assujettis à l’impôt sur la fortune est maintenant de 548 000 foyers. Mais, comble du comble, les recettes que l’impôt sur la fortune apporte à l’État ont baissé de presque 6 % par rapport à l’an dernier. Les avantages fiscaux accordés par la droite aux plus riches portent leurs fruits. Au détriment de tous les autres…

Pour toutes ces raisons, et d’autres encore, ne baissons pas les bras pour combattre ce système politique.

À bientôt,

Ségolène Royal




----------

Robert Badinter, sénateur, ancien président du Conseil constitutionnel

« Non à l'hyperprésidence »

Publié dans l’édition du Monde du 20 juillet 2008

http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/07/19/non-a-l-hyperpresidence-par-robert-badinter_1075175_0.html

« Certains se demandent si, en refusant de voter la révision constitutionnelle, les socialistes ne sont pas en train de passer à côté d'une opportunité : rééquilibrer les institutions. La réponse est non. Cette révision est une occasion perdue, non pour les socialistes, mais pour la République. Nos institutions souffrent d'un mal profond : l'hyperpuissance du président. Il est le véritable chef du gouvernement, pour ne pas dire le gouvernement à lui seul, dans la pratique actuelle de l'Elysée. Et, depuis le quinquennat et la succession des élections présidentielle et législatives, il est le chef réel de la majorité présidentielle à l'Assemblée. La séparation des pouvoirs n'est plus qu'apparence. De surcroît, ce pouvoir sans pareil n'est assorti d'aucune responsabilité. J'appelle ce régime la monocratie : le pouvoir d'un seul dans la République.

Or le projet de révision ne réduit pas les pouvoirs du président. Il les accroît en lui permettant de s'adresser directement aux parlementaires réunis en Congrès. Le président présentera un bilan flatteur de son action et fera acclamer par sa majorité son programme de gouvernement. Le premier ministre comme chef de la majorité parlementaire disparaît. Le renforcement des prérogatives du Parlement, premier objectif de la révision selon le président, est un leurre en termes de pouvoir réel. Tant que le président sera le chef incontesté de la majorité à l'Assemblée, le Palais-Bourbon demeurera une annexe du palais de l'Elysée. "Cy veut le Roi, cy fait la loi", l'axiome de l'Ancien Régime demeure la règle sous la Ve République.

Quant aux pouvoirs de nomination du président aux grandes fonctions (Conseil constitutionnel, CSA, etc.), on annonce "un changement considérable" : le choix du président pourra être refusé par un vote des trois cinquièmes des membres d'une commission parlementaire. Mais un tel vote requiert le concours de la majorité présidentielle, qui ne sera jamais donné contre la volonté du président. Si on voulait rendre ces nominations consensuelles, il faudrait une majorité positive des trois cinquièmes nécessitant l'accord de l'opposition. On est loin du compte.

D'autres font valoir que la réforme accorde à l'opposition parlementaire des droits nouveaux. Mais il faut regarder la portée des textes et non pas seulement l'étiquette. On nous dit : le Parlement aura la maîtrise de la moitié de l'ordre du jour, "un progrès immense". Mais qu'en est-il pour l'opposition ? Le projet lui réserve un jour pour trois semaines, à partager avec les centristes. Belle avancée démocratique !

Autre exemple. Le président annonce que la présidence d'une commission parlementaire sur huit sera réservée à l'opposition. Pourquoi pas trois ? Nous ne demandons pas des pourboires, mais un rééquilibrage.

Enfin, la révision proposée consolide le mode d'élection archaïque des sénateurs, qui assure à la droite une majorité pérenne au Sénat. Cette situation est un défi à la démocratie. Le comité Balladur avait ouvert la voie à un changement possible. La droite sénatoriale a tout refusé à ce sujet. Elle entend demeurer maîtresse du Sénat et, par là, de toute révision constitutionnelle proposée par la gauche. Lors de la prochaine alternance, la gauche devra donc présenter un projet de révision constitutionnelle, soumis directement au pays par voie de référendum. Il devra inclure la reconnaissance du droit de vote aux élections municipales des immigrés régulièrement établis en France. Cette réforme-là, si importante pour l'intégration, est ignorée par l'actuelle révision.

Dans ces conditions, libre à qui le veut de danser un pas de deux constitutionnel avec le président de la République. Ce n'est pas notre choix. »















Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Communiqué
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mardi 22 juillet 2008 2 22 /07 /2008 00:23
PARIS (AFP) — Ségolène Royal a durement critiqué lundi les "pressions indignes" de Nicolas Sarkozy et la "trahison" de Jack Lang, sans le citer nommément, qui ont fait, selon elle, voter par le Parlement la réforme des institutions.
"Ce n'est pas la victoire de la démocratie, c'est le renforcement du pouvoir monocratique de Nicolas Sarkozy, à coups de pressions indignes sur plusieurs députés", a déclaré l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle dans une déclaration à l'AFP.
"Une seule voix a fait la différence: pourra-t-on en connaître le prix ? Les démocrates, eux, en supporteront le coût", ajoute Mme Royal, alors que le socialiste Jack Lang est le seul parlementaire socialiste à avoir voté la réforme.
"Comme disait François Mitterrand, sur le chemin de la trahison, il n'y a que le fleuve de la honte à traverser", ajoute Mme Royal, sans nommer celui qui était son conseiller spécial durant la campagne électorale.
"A l'avenir, ce type de manquement à la probité politique ne sera plus admis au Parti Socialiste", ajoute Mme Royal qui brigue le poste de Premier secrétaire du PS.
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Communiqué
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Dimanche 20 juillet 2008 7 20 /07 /2008 12:03
Chères amies, chers amis,

Le 27 juin dernier, je n'ai pas été victime d'un cambriolage, j'ai été l'objet d'une volonté délibérée de déstabilisation. Et ce, à la veille d’un discours politique important, où je mettais en cause la mainmise du clan Sarkozy sur la France.

Ce ne sont pas des voleurs qui sont venus à mon domicile : on ne m'a même pas volé une boucle d’oreille ! La police elle-même a déclaré mercredi 11 juillet qu’il s’agissait d’une « mise à sac ».

Il fallait que les visiteurs sachent à quelle heure précise j'allais rentrer à mon domicile, à quelle heure précise il n'y avait personne dans l'appartement. C'est un travail de professionnel, maîtrisé, organisé.

Les « visiteurs » ont fouillé mon domicile. Ils ont trouvé la précédente plainte que j'avais déposée. Ils l'ont déchirée et ils l'ont laissée bien en évidence sur un meuble. C’est une mise en scène préméditée.

C'est la troisième fois que mon domicile est visité. La première c'était en août 2006, déjà à la veille d'un discours important, drôle de coïncidence.

Alors, je vous le dit, ce n'est pas d’une affaire personnelle dont je vous parle. C'est une affaire politique d'une extrême gravité. C’est un scandale dans une démocratie comme la France. Dans une démocratie on ne peut pas accepter cela, on ne peut pas le passer sous silence. De même, on ne peut pas accepter que d’autres responsables politiques - comme Olivier Besancenot - aient fait l’objet d’une surveillance. Le climat est lourd dans notre démocratie.

Volonté délibérée de déstabilisation mais volonté de qui ?

J’ai dit qu’il y avait une drôle de coïncidence, que l’on visite mon domicile à la veille d’un discours politique important. Deux choses me paraissent scandaleuses : d'abord la passivité des autorités de l’Etat, ensuite les insultes du Premier ministre et de l’UMP.

La passivité de l’Etat a été injustifiable. Vous connaissez un pays démocratique dans lequel le domicile d’un responsable de l’opposition est mis à sac trois fois ? Cela fait quinze jours que le pouvoir est parfaitement au courant de ce qui s'est passé. La police est venue et a fait un travail admirable ; le Procureur est resté jusqu'à 3 heures du matin. Le ministère de la Justice et le pouvoir sont donc parfaitement au courant. Et il y a eu des articles de presse dès le lendemain des faits.

Or que se passe-t-il ? Même pas une réaction officielle, même pas un coup de téléphone, rien. Tout se passe comme si on voulait nier ce qui s'est passé. Comme si c'était sans importance et sans gravité. Dans n'importe quelle démocratie, le pouvoir aurait condamné cette mise à sac avec force.

En moins de deux ans, il y a eu six violations de domiciles, concernant des membres de mon équipe ou moi-même. Jamais les coupables n’ont été arrêtés.

Et puis la deuxième chose qui me scandalise, c'est la réaction de la droite à mes propos. Il n’y a pas eu un seul responsable de droite pour reconnaître la gravité de cette affaire. Ils ont voulu me déstabiliser pour me faire taire. Ils n’y sont pas parvenus. Ils n’y parviendront pas.

En ce qui concerne les révélations sur les empreintes digitales d’une jeune femme retrouvées chez moi, lors de la « visite » de mon appartement en 2006, je vous renvoie au communiqué de Jean-Pierre Mignard, Président de Désirs d’avenir, que vous trouverez ci-dessous.

Sachez qu’on ne m’arrêtera pas. Je continuerai avec vous, et avec d’autres, à dénoncer la mainmise du clan Sarkozy sur tous les pouvoirs. On ne fera pas taire la gauche. Croyez-moi.



À très bientôt,

Ségolène Royal


------

Communiqué de Maître Jean-Pierre Mignard,
avocat à la Cour d’Appel de Paris

« Informé par les seules agences de presse de récents développements dans l'enquête sur la mise à sac de l'appartement de Madame Royal, j'ai repris contact avec le Procureur de la République de Nanterre, Monsieur Philippe Courroye.

Il m'a confirmé que des empreintes digitales d'une jeune femme d'un pays des Balkans correspondraient à celles retrouvées dans le domicile de Madame Royal lors de la visite avec effraction de 2006.

Une nouvelle technique appropriée aurait permis maintenant ce qui n'était pas possible hier : procéder à une comparaison approfondie des empreintes.

Nous faisons à cela les observations suivantes :

- la protestation de Madame Royal aura déjà et au moins servi à la réouverture de son dossier classé. Sans cela cette première infraction serait définitivement tombée dans l'oubli. On peut s'en étonner, s'agissant quand même d'une visite avec effraction commise dans des circonstances troublantes au domicile d'une candidate à l'élection présidentielle.

- la personne suspectée serait notoirement connue des services de police pour avoir écumé les appartements de la Région parisienne.

- aucun vol n'a été commis chez Madame Royal lors de cette visite. Même une montre qui avait disparu lors de l'intrusion dans l'appartement a été retrouvée et aucune déclaration de vol à l'assurance n'a été déposée.

- la suspecte, présentée comme délinquante d'habitude, « rompue au cambriolage de droit commun », aurait donc ce soir-là exercé son activité habituelle à titre bénévole, mue par la seule curiosité. C'est assurément une originalité.

J'ai demandé à Monsieur le Procureur de la République d'être dorénavant la seule personne autorisée à communiquer dans ce dossier, le cabinet de Monsieur le Président de la République, n'étant pas en charge de l'enquête préliminaire. »

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Communiqué
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    

Calendrier

Juillet 2010
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés