Lundi 7 avril 2008 1 07 /04 /2008 23:47

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Discours de Ségolène Royal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Vendredi 4 avril 2008 5 04 /04 /2008 17:34

 

 

Consultation participative :

comment le Congrès du PS peut-il être utile aux Français ?

 

 

 

 

Chères amies, Chers amis,

Je vous prie de trouver ci-joint l'initiative que nous prenons, en vue du Congrès du Parti socialiste, pour lancer un débat de qualité, utile aux Français. Le texte en a été publié aujourd'hui.

Je compte sur vous pour nous rejoindre et apporter vos idées sur le site qui sera spécialement créé pour vous accueillir. Elles nous permettront d'aboutir à une belle contribution dont nous seront toutes et tous coauteurs.

Amitiés

 

Ségolène

 

 

 


Dans un monde qui se transforme à vive allure et dans une France où même ceux qui se croyaient à l’abri sont en proie à l’inquiétude, les socialistes doivent répondre à de nouvelles questions.

Aujourd’hui la précarité envahit tout, l’initiative économique est en panne, les inégalités n’ont jamais été aussi insolentes, l’incertitude pèse sur le rôle de la France dans le monde. Nous devons apporter la preuve de l’efficacité de l’action politique et la mettre au service de notre idéal commun.

Nous lançons cette consultation participative dans la cohérence des valeurs bâties pendant la campagne présidentielle et dans la volonté de prolonger les voies tracées par les Forums de la rénovation du PS.

Sachant que les questions bien posées permettent les réponses pertinentes, nous pensons utiles de prendre un temps pour bien formuler les questions à trancher (3), en s’appuyant sur les sources d’inquiétudes des Français (1) et sur nos valeurs (2).

C’est pourquoi ce document propose, sur cette base, de lancer des discussions et de susciter des réactions : vous pouvez modifier ou compléter la formulation des thèmes qui vous sont proposés. Un site Internet sera spécialement ouvert pour cela.

Ce questionnaire est une étape très importante pour structurer le travail de fond qui, enrichi par ces échanges, aboutira à une proposition prenant la forme d’une contribution au Congrès du PS.

La consultation s’adresse aux militants du PS, en lien avec les sympathisants et les forces vives qui attendent beaucoup de nous face aux dégradations de toutes sortes commises par la droite.

L’une des questions majeures autour de laquelle s’organise notre réflexion est la suivante : définir les droits et les devoirs des responsables politiques, de la société et des personnes, de telle sorte que la liberté de réussir sa vie ne soit pas le privilège de quelques uns mais l’ambition garantie à tous.

 


 

Premiers coauteurs de ce document : les membres du conseil politique, qui se réunit le mardi autour de Ségolène Royal, les responsables des groupes de travail (par exemple sur la santé), des présidents de régions et élus qui suivent et participent aux réunions. Cette liste est ouverte à toutes celles et tous ceux qui voudraient participer à l'initiative que nous lançons.

 


Ségolène Royal

François Rebsamen

Vincent Peillon

Jean Louis Bianco

Manuel Valls

Gilles Pargneaux

Delphine Batho

David Assouline

Guillaume Garot

Aurélie Fillipetti

Michel Sapin

Jean-Pierre Mignard

Jean-Jack Queyranne

Jacques Auxiette

Nadjat Belkacem

Pascal Terrasse

Dominique Bertinotti

Michèle Delaunay

Jean Guerard



 


- Les dix sources d’inquiétude des Français

 

1.     un capitalisme qui perd la tête ;

2.     la dégradation du niveau de vie ;

3.     les fragmentations et le descenseur social  à l’intérieur ; la perte de compétitivité de la France à l’extérieur ;

4.     l’affaiblissement de la valeur travail et l’exagération de la valeur du capital ;

5.     le trouble qui pèse sur l’identité française, secouée par les peurs de l’autre ;

6.     le doute sur l’efficacité de l’Etat ;

7.     le scepticisme sur la réalité de l’égalité des chances par l’école ;

8.     l’Europe perçue comme indifférente au sort des citoyens ;

9.     les désordres du monde et les interrogations sur la fin de l’hégémonie occidentale ;

10. une planète menacée d’autodestruction.

 

 

- Les sept valeurs et objectifs qui nous guident

 

1.     Le monde a changé. Le socialisme doit changer pour rester fidèle à sa mission.

2.     Le bien-être de tous exige que l’économie de marché et la concurrence ne dictent pas leur loi désordonnée au service d’intérêts particuliers.

3.     La volonté publique et l’Etat organisent la conciliation de l’intérêt général et des préoccupations des gens, notamment à travers les services publics.

4.     La lutte contre toutes les formes d’injustices et de discrimination est au cœur du droit de chacun à la réussite individuelle.

5.     Les socialistes doivent participer à la construction d’un ordre économique, social et écologique juste, au niveau mondial comme au niveau national.

6.     Au niveau national comme au niveau local, le socialisme défend la complémentarité qui unit la démocratie représentative, la démocratie participative et la démocratie sociale.

7.     La laïcité est le fondement de la République et de l’identité française, enrichie par le métissage.

 

 

- Les dix questions à trancher

 

1.     Il faut sortir du fossé entre un discours pseudo révolutionnaire dans l’opposition et un conformisme économique  au pouvoir : de quelle façon ?

2.     Le socialisme ne peut pas se contenter d’aménager le capitalisme financier à la marge : comment produire et répartir autrement la richesse ?

3.     Que reprendre des modèles progressistes des autres pays et que rejeter ?

4.     Il faut pousser l’agilité des entreprises, le goût du risque et l’esprit d’entreprendre, tout en améliorant la situation des salariés et leurs sécurités sociales. Avec quel compromis ?

5.     Il faut rééquilibrer le rapport de force entre le travail et le capital par une meilleure répartition du profit. Quels contre-pouvoirs dans l’entreprise ?

6.     Comment rompre avec la redistribution passive et bureaucratique comme principal moyen de s’attaquer aux injustices sociales ?

7.     Comment améliorer le projet européen pour ne pas oublier les intérêts des peuples et des pays ?

8.     Les peuples du Nord doivent être protégés de la concurrence internationale sans que les peuples du Sud ne soient  victimes du protectionnisme. Avec quelles nouvelles règles ?

9.     Les Etats et le marché doivent assurer la sauvegarde écologique de la planète : quel nouveau modèle de développement ?

10. Le Parti socialiste doit intégrer toutes les nouvelles formes de militantisme et d’engagement citoyen, ainsi que les réussites du travail des élus locaux. Il doit aussi décider efficacement, avec le sens de la discipline collective. Quelles nouvelles règles communes pour y parvenir sereinement ?

 

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Consultation Participative en vue du Congrès du PS
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Vendredi 4 avril 2008 5 04 /04 /2008 17:31

 

Vendredi 4 avril 2008

Une défense européenne, vite !
Le retour dans le commandement militaire de l'OTAN, pour quoi faire ?


26 avril 2007 : le candidat Sarkozy estime que la présence à long terme des troupes françaises en Afghanistan n'est pas décisive. Il se déclare même prêt à poursuivre la politique de rapatriement de nos soldats, alors engagée par Jacques Chirac. 27 mars 2008, soit onze mois plus tard : en voyage officiel à Londres, Nicolas Sarkozy annonce l'envoi de 1 000 hommes supplémentaires à ceux qui sont déjà présents en Afghanistan.

Je me suis prononcée contre cette fuite en avant. Car les risques d'enlisement sont  trop forts ; car les objectifs n'en sont pas définis ; car on ne peut risquer la vie de nos soldats sans savoir quels sont les objectifs de leur mission ; car il faut en priorité donner au gouvernement d'Hamid Karzaï les moyens d'assurer la stabilité de l'Afghanistan.

Et puis Nicolas Sarkozy oublie sciemment qu'en 1991, François Mitterrand avait souhaité un vote du Parlement sur la présence des forces françaises en Irak… La réforme des institutions et le renforcement du rôle du Parlement promis par le candidat Sarkozy sont clairement jetés aux oubliettes.

Plus grave encore, lors du Sommet de Bucarest, Nicolas Sarkozy a fait prendre à la politique étrangère de la France un virage périlleux. En réintégrant le commandement militaire de l'OTAN, il prétend ainsi redéfinir notre rapport à l'Alliance atlantique et, en même temps, renforcer l'Europe de la défense.

Mais où est passé le « Livre blanc de la Défense », en préparation depuis plusieurs mois et qui devait être soumis au Parlement ? Personne ne l'a encore vu… et lorsqu'on débattra de ses orientations, il sera déjà trop tard. Car entre temps, c'est toute notre politique depuis 1966 qui aura été remise en cause.

Le degré de notre participation à l'Otan est une question fondamentale qui ne doit pas être taboue et dont nous pouvons tout à fait débattre. Mais la France a-t-elle intérêt à se ranger dans le camp atlantiste, sans garantie d'obtenir quelque chose en retour ? La France est-elle attendue et bienvenue dans un commandement militaire qui s'est fait sans nous depuis 42 ans ? Un retour actif à l'Otan permettra-t-il véritablement de renforcer la PESD ?

Sous couvert de préparer la présidence française de l'Union européenne et d'amorcer le développement de la défense commune, Nicolas Sarkozy ne vise, en réalité, qu'une chose : réintégrer pleinement l'OTAN pour inscrire sans réserve notre pays dans «  le camp occidental » et satisfaire son « obsession atlantiste », comme l'a formulé Jean-Marc Ayrault, le 1er avril à l'Assemblée nationale. Une option idéologique dangereuse, selon moi, à l'heure où certains poussent au conflit des civilisations. Et alors que les Etats-Unis ne semblent pas disposés, en matière de défense, à déléguer leur autorité. Ce faisant, Nicolas Sarkozy affaiblit la position européenne au sein de l'Otan.

L'intérêt et la sécurité de la France passent sans conteste par la mise en œuvre d'une vraie PESD, tout en continuant de travailler étroitement avec nos alliés. Au sein de l'Alliance, lourde et grosse machine, la France seule ne pourra jamais peser sur les orientations et les décisions stratégiques. Nous devons donc absolument profiter de notre autonomie pour rassembler nos partenaires européens autour d'une Europe de la défense cohérente et efficace, et avoir ensuite voix au chapitre au sein de l'Otan.  À nous aussi de faire preuve d'exemplarité dans notre engagement en Europe, afin de vaincre les réticences de nos partenaires.


Ségolène Royal








































 


Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Communiqué
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mardi 1 avril 2008 2 01 /04 /2008 21:36
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Interviews
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Lundi 31 mars 2008 1 31 /03 /2008 00:14
    Suite aux insultes racistes dont on fait l'objet hier sur une banderolle déployée par une bande d'abrutis situés dans le virage Boulogne du Parc des Princes, comme toujours.
      Par solidarité envers les gens du Nord-Pas-de-Calais, nous vous proposons une traduction en Chti de votre blog préféré en cliquant sur le lien cî-dessous.

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Brèves
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Lundi 17 mars 2008 1 17 /03 /2008 02:10

   

MUNICIPALES DE Montrouge
Conseil élu. Inscrits 26282    
Votants 15569 59,2%
Exprimés 15241 58,0%
Abstention 11041 40,8%
Sièges à pourvoir 43     élus
Liste VINCENT (PS) 7092 46,5% 10
Liste METTON (NC-MoDem) 8149 53,5% 33


       
C’est une grande déception pour la gauche et pour les nombreux Montrougiens qui ne veulent plus de Monsieur Metton mais les électeurs ont parlé.

 

 

 

            Toutefois, il est à noter que 46,6% des Montrougiens ont exprimé leur rejet de la politique menée par le Maire de Montrouge depuis 14 ans.

 

 

 

            -Les jeunes d’abord qui se sentent rejetés de la vie de la Cité et qui ne voient pas comment ils pourront faire leur vie à Montrouge

 

            -Des Montrougiens de longue date qui voient leur ville perdre son âme

 

            -Des électeurs du Centre qui dans certains bureaux se sont abstenus ou ont voté contre Metton parce qu’ils partagent les inquiétudes des deux premiers groupes que j’ai cité ou qu’ils n’ont pas supporté la tambouille et le reniement que constitue la fusion des listes de Messieurs Metton et Branaa

 

            -Des électeurs de droite pour les mêmes motifs

 

 

 

            La Gauche progresse à Montrouge grâce à ces consciences qui se sont réveillées.

 

 

 

            A ceux qui seraient tentés de croire que rien ne pourra jamais bouger à Montrouge, je dis qu’il ne faut pas perdre l’espoir car quoiqu’il puisse faire ou en penser, Monsieur Metton ne doit plus croire que Montrouge est son fief et qu’il en est le maître incontesté. Monsieur Metton et sa méthode sont contestés y compris dans son propre camp.

 

 

 

            Ce sont dix élus de gauche qui seront présents au Conseil Municipal pour porter vos espoirs, votre critique du système Metton, le désir d’un autre avenir pour Montrouge. Il aura en face de lui des gens qui s’opposeront à sa volonté de changer Montrouge en ce qu’elle n’est pas.

 

 

 

            Monsieur Metton, ne vous en déplaise, une ville c’est avant tout ses habitants et les Montrougiens sont en majorité des gens ouverts et tolérants qui ne rejettent pas leurs voisins parce que la vie a été moins généreuse envers eux. Il y’a à Montrouge une contestation qui s’est faite jour. Une vague puissante va monter jusqu’au jour pas si lointain où il se trouvera une majorité de Montrougiens pour penser qu’ils en ont assez de vous et que vous devez partir.

 

 

 

            Hélas, comme si le fait d’avoir un « Calife » tout puissant ne suffisait pas à Montrouge, Monsieur Metton fait entrer tel un cheval de Troie, un « Iznogoud » en herbe qui voudrait bien prendre sa place, un homme dont on entendait presque les dents rayer le plancher à l’annonce des résultats tant elles sont longues : Jean-Eric Branaa.

 

            Voila un personnage à surveiller de près. Il a critiqué, à fort juste titre d’ailleurs, la méthode Metton pendant toute sa campagne du premier tour puis s’est rallié dés potron-minet à son adversaire parvenant à faire éjecter ceux des militants du MoDem qui avaient soutenu en toute sincérité le Maire dés le début de la campagne et trahissant la confiance de nombre de ses colistiers qui ne veulent plus de Metton et de la majorité de ses électeurs qui eux non-plus ne veulent plus de Metton. Et oui, si notre « Iznogoud » en herbe avait été suivi, Metton aurait fait 60% des voix. Etant donné que Jean-Eric Branaa possède un charisme indéniable, ça ne va pas être facile tous les jours pour Jean-Loup Metton de gérer une forte tête qui risque de lui faire de l’ombre. Ce n’est surtout pas parce que je suis socialiste que je vais me réjouir d’une telle situation néfaste pour notre ville.

 

 

 

            Quant à Wilfrid Vincent, je tiens à lui redire ici toute mon estime et mon amitié. Il a fait une très belle campagne. Le programme que nous proposions (je dis nous parce que des membres de notre Comité ont participé au travail de préparation du programme et à la liste « Changeons pour vivre mieux à Montrouge ») était un vrai programme qui allait vers plus de démocratie locale, une volonté affichée de faire Montrouge la ville de l’exellence environnementale, de vraies propositions pour l’éducation et pour la jeunesse. En vers les Montrougiens, vers les Associations dont Monsieur Metton conteste la légitimité et les jeunes auxquels Monsieur Metton ne parle jamais, Wilfrid Vincent a réussit avec l’équipe qui l’entourait le tour de force d’intéresser des gens qui croyaient que le rapport de force ne pouvait pas changer à Montrouge aux questions de politique locales, il a réussit, avec l’aide de Sarah Ben Rehouma, responsable du MJS et Paul-André Mouly, responsable du PRG à Montrouge, à faire comprendre à de nombreux jeunes que s’ils voulaient que leur ville change, ça passait par le vote et l’implication citoyenne.

 

            Enfin, et ce n’est pas rien, il a réussit à rendre l’espoir à des militants de gauche qui étaient depuis de trop nombreuses années dans un cercle mental de défaite que Montrouge peut un jour basculer à gauche. Cette campagne est à mon avis la plus belle que la gauche ait faite à Montrouge depuis des années et la droite n’avait pas été mise en ballotage sur une municipale depuis 1989.

 

            Malheureusement, ça n’a pas suffit pour convaincre une majorité de Montrougiens de nous faire confiance. La gauche montrougienne va devoir à présent faire un travail d’analyse afin de comprendre ce qui n’a pas marché de façon à faire mieux en 2014, à savoir gagner l’élection municipale. Comme à son habitude, notre Comité local en débattra et livrera ses propositions à la section PS de Montrouge dans un esprit constructif. Notre mot d’ordre sera : « Montrouge doit basculer à gauche ».

 

 

 

            Je ne puis terminer ce billet sans adresser mes plus chaleureuses félicitations à Fatma Bouvet de la Maisonneuve, membre émérite de notre Comité pour son élection au Conseil Municipal en tant qu’élue d’opposition et je lui adresse tous mes vœux de succès et courage face au travail qui l’attend.

 

 

 

Nicolas Gatineau

 

Coordinateur « Montrouge a du Désir »

 

Coordinateur « Désirs d’Avenir Hauts-de-Seine »

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Des nouvelles de Montrouge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Vendredi 14 mars 2008 5 14 /03 /2008 19:59
undefined +
MAIRIE-MONTROUGE-1930-copie-1.jpg
=
Smiley.svg.png
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Montrouge a du Désir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mercredi 12 mars 2008 3 12 /03 /2008 22:32
NDLR : Nous venons de recevoir ce texte de la Section MoDem de Montrouge qui vient de rouvrir son site. Il s'agit d'une lettre ouverte écrite par les candidats du MoDem officiel qui avaient décidé de participer à la liste de Monsieur Metton. Il se sont vu évincés au second tour, tous sauf un, Joël Girault -l'Adjoint aux Constructions qui s'occupe si bien de la piscine depuis 3 ans- au profit de sept personnes de la liste Branaa. L'autre "dindon de la farce" est Jean-Michel Fiet, Conseiller Municipal sortant, transfuge du PS.

NB : Nous avions publié par erreur avant-hier un brouillon du document définitif qui ne comportait pas toutes les signatures et mélangeait des candidats du MoDem avec des adhérents. Nous reproduisons ici le document défintif tel qu'on peut le voir sur le site du MoDem de Montrouge.
Nous présentons toutes nos excuses à la Section MoDem de Montrouge pour cette erreur.



Posté le 12 mars 2008

 


 

Petits arrangements entre          « amis » :

Metton et Branaa se marient pour le meilleur...
Le pire est à venir pour les Montrougiens !

 

En accord avec les tenants de sa formation politique, Jean-Loup Metton a pris la décision d’évincer brutalement les adhérents au Mouvement Démocrate, participant à sa liste, lors du premier tour de l’élection municipale à Montrouge.
Une manipulation au profit de candidats issus de la liste Divers Droite « Montrouge Démocrate » emmenée par Jean-Eric BRANAA.


Une trahison révoltante.
Nous sommes révoltés par ce marchandage politique, indigne, dont les victimes collatérales sont, avant tout, les électeurs Montrougiens. Ceux qui ont soutenu par leur vote Jean-Loup METTON et les sept adhérents au Mouvement Démocrate engagés sur la liste « Avec vous pour Montrouge ». Mais également tout ceux qui ont suivi Jean-Eric BRANAA dans sa croisade anti-Metton du 1er tour et sa conquête du pouvoir.
Messieurs Jean-Loup METTON et Jean-Eric BRANAA : vous avez menti et vous mentirez encore sur vos engagements ! Vous avez trahi la confiance des Montrougiens. Vous trahissez, aujourd’hui, les citoyens que vous avez sollicités pour soutenir vos actions respectives. Qui trahirez-vous demain ? Qui sera la prochaine victime de votre association d’opportunistes ? Vous vous trompez de ville. Montrouge n’est pas Neuilly-sur-Seine !

La valeur du strapontin.
En l’absence d’une investiture et d’une candidature officielle du Mouvement Démocrate à Montrouge, nous avons choisi, librement, à un mois du scrutin, d’ouvrir une discussion avec Jean-Loup METTON, son programme nous semblait alors le plus proche des idées républicaines et humanistes du Mouvement Démocrate. Nous sommes parvenus à un accord garantissant, en cas de victoire, au moins six élus au Mouvement Démocrate (dont deux adjoints), et la prise en compte d’éléments de programme à son initiative.
Pour cela, nous avons été insultés, apostrophés sur la voie publique, accusés de prostitution au prix de strapontins et d’une assiette de soupe, de collusion avec l’UMP et un candidat favorable à la politique du gouvernement par ceux-là même qui se félicitent aujourd’hui de la « volonté affichée par Jean-Loup METTON de travailler dans le cadre d’un partenariat basé sur la prise en compte des idées du MoDem ». Quelles idées !!??? La cité de l’écrit, le dossier scolaire, le PLU et l’immobilier, le Vélib' et le développement des taxis à Paris…Montrouge ???
Cette fusion iconoclaste est aux antipodes des idées et des pratiques politiques défendues par François Bayrou. Elle ne témoigne que d’une chose : la valeur du strapontin et celle de l’assiette de soupe sont à la hausse !

Non au braquage électoral !
Nous refusons d’assister passivement au braquage en règle de l’élection municipale et à la mise en œuvre de pratiques politiques sans scrupule, étrangères à toute forme de droiture, d’intégrité et d’honnêteté morale, prétextes à toutes les compromissions pour se maintenir dans un fauteuil ou s’assurer le mandat nécessaire à la poursuite d'ambitions personnelles.


Fidèles aux usages de notre formation politique et aux idées défendues par son Président nous ne donnerons pas de consigne de vote.

Nous appelons tous les citoyens de Montrouge attentifs au respect des valeurs républicaines à se mobiliser, à voter massivement selon leur libre-arbitre et en accord avec leurs engagements. C’est ce que nous ferons dimanche 16 mars en ne votant pas Metton.

 


Les Candidats du Mouvement Démocrate au Conseil Municipal :

Boris GILLET
Laurent LACHAUD
Emmanuelle METREAU

Les Adhérents et Sympathisants Montrougiens au Mouvement Démocrate, premiers signataires :

Laurent ARMAND
Laurent CHEKLY
Pascal Garos
Suzanne Hadjigeorgiou
Virginie ROY
Laurent VASTEL
 

Pour rejoindre notre mouvement et appuyer cette lettre ouverte de votre signature, cliquez ici.
 


Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Des nouvelles de Montrouge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mercredi 12 mars 2008 3 12 /03 /2008 22:22
A Montrouge, le candidat MoDem mais qui n’en avait pas l’investiture, Jean-Eric Branaa, a finalement rejoint la liste du maire sortant Nouveau Centre, Jean-Loup Metton. Ou quand les centristes de Bayrou retrouvent ceux de Sarkozy contre le socialiste Wilfried Vincent. « Ils ont accepté la plupart de nos propositions. Nous avons huit places sur la liste dont sept en position éligible. Je serai deuxième adjoint », assure Jean-Eric Branaa. Restent de lourdes divergences. Ainsi Jean-Loup Metton veut rénover le théâtre quand son nouvel allié compte le démanteler… Résultats du 1 e r tour. Inscrits : 26 282. Abstention : 41,3 %. Liste Willi (DVG) : 2,9 %. Liste Vincent (PS) : 37,7 %. Liste Metton (NC) : 49,5 %. Liste Branaa (MoDem) : 9,8 %.

NDLR : Ca va être très dur pour Jean-Loup Metton d'affronter de l'opposition dans sa propre majorité. Qui craquera le premier ? Le Calife ou Iznogoud ?
Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Des nouvelles de Montrouge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    
Mercredi 12 mars 2008 3 12 /03 /2008 09:54

            Quand on veut faire déguerpir quelqu’un dont on n’aime pas la politique, quoi de plus logique que de soutenir son adversaire ? C’est pourtant la solution contraire que vient de choisir Jean-Eric Branaa la tête liste de Montrouge Démocrate, liste dissidente du MoDem mais soutenue par François Bayrou tandis que le MoDem « canal officiel » se ralliait à Metton dés le premier tour. Qui est le chef du MoDem à Montrouge ? Quelle est la ligne politique du MoDem ? Comment faire alliance avec un parti dont la moitié est chez l’adversaire ? Autant de questions à donner des crises de migraines aux plus fins politologues.

            Après avoir dit partout que Montrouge manquait de démocratie locale, avoir dénoncé comme Wilfrid Vincent d’ailleurs le pouvoir solitaire exercé par Jean-Loup Metton, Jean-Eric Branaa prend donc une voix inattendue : Croire que Jean-Loup Metton va faire de la Démocratie Locale et de la concertation, qu’il va créer des Conseils de Quartier et même, construire des maisons de la démocratie locale (alors qu’on attend toujours une nouvelle école).

            Alors là, je dis tout net : Croire que Jean-Loup Metton va faire des conseils de quartier, mettre en place une démocratie locale pouvant infléchir ou modifier certains projets, croire qu’avec lui le Conseil Municipal des Jeunes servira à autre chose qu’à recruter des volontaires pour le Téléthon (contre lequel – je précise- je n’ai rien vu que j’y donne tous les ans), c’est comme croire que si on se place devant la Tour Eiffel en jouant du tuba, elle va se mettre à danser la rumba. 

 

            Si vous voulez de la démocratie locale à Montrouge, il n’y qu’une seule solution : Battre Metton qui préfère Sarkozy à Ségolène Royal et changer de Maire. C’est possible dimanche prochain avec Wilfrid Vincent et sa liste « Changeons pour vivre Mieux à Montrouge ».

Par Nicolas Gatineau - Publié dans : Des nouvelles de Montrouge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Partager    

Calendrier

Juillet 2010
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés