Mercredi 25 octobre 2006

            On entend souvent ici et là des questions sur la démocratie participative. Beaucoup se demandent d’où ça vient et si ce n’est pas détruire la démocratie représentative.

 

 

 

            Tout d’abord, la démocratie participative n’est pas une nouvelle lubie de Ségolène Royal. Cette démocratie participative est inscrite dans le projet socialiste et elle est inscrite dans les gènes du Socialisme depuis fort longtemps.

 

 

 

Dans quelques années quand la plupart des écoles nécessaires auront été construites demain, quand les maîtres seront payés par l'État, quand le souvenir des sacrifices consentis par les communes et des droits que ces sacrifices leur conféraient aura disparu, que verrons-nous ? Je le crains : insouciance des communes et arrogante tutelle de l'État. À l'avenir, les programmes seront discutés bien loin des familles, tout contrôle leur échappera et, même, jusqu'à la pensée d'en exercer un. Le peuple sera obligé de subir passivement un enseignement qu'il n'aura pas préparé. Lorsque la commune aura pourvu à toutes ces obligations envers l'État, lorsqu'elle aura créé le nombre d'écoles publiques exigé par celui-ci, qu'elle ait encore le droit, à ses frais et sans sortir de la laïcité, d'instituer des écoles d'expériences ou des programmes nouveaux, que des méthodes nouvelles puissent être essayées, ou des doctrines plus hardies puissent se produire. Laissez au contraire à quelques municipalités la gestion de quelques écoles indépendantes, et les municipalités mettront, tous les jours, les familles en face de l'éducation ! Jean Jaurès, 21 octobre 1886

            Cette citation du grand tribun qui pour la première fois avait réalisé l’unité du mouvement ouvrier en France pose tout le problème du juste équilibre entre la démocratie représentative (celle présente dans nos Institutions) et la démocratie participative.

 

 

 

            A noter que, à l’époque des lois Ferry sur l’instruction obligatoire, si le contenu de la loi était non négociable, on a fait participer les Maires, les Conseils Municipaux et les citoyens ne fût-ce que pour la construction des écoles dans beaucoup de villages (les communes devant les financer). Mais Jaurès savait qu’on était dans un Etat jacobin et qu’une fois que tout reviendrait à l’Etat central une fois le système mis en place.

 

 

 

            Jaurès, parle donc bien de libérer les initiatives locales, il y’a 120 ans !

 

 

 

            Mais ce n’est pas fini, ces jours derniers, Ségolène Royal a fait une proposition courageuse, qui pousse véritablement à réfléchir sur le fonctionnement de notre démocratie : celle des Jurys Citoyens.

 

 

 

            Je vous livre telle que l’explication qu’elle en donne :

 

 

 

« (…) Je suis de prés, depuis quelques années les diverses formes et mécanismes de démocratie participative : les budgets participatifs, les jurys de citoyens, les conférences de consensus à la suédoise. J’organise, à Poitiers, depuis deux ans, un colloque annuel consacré à la démocratie participative. Avec des chercheurs, des praticiens et des chercheurs venus du monde entier.
Tous ces dispositifs de démocratie participative ont en commun de reconnaître la capacité d’expertise légitime des citoyens et de créer les conditions d’une délibération informée.
La démocratie participative ne s’arrête pas à la seule phase “amont” : préparation de la décision, décision, action : “écouter pour agir juste”. Pourquoi ne pas l’utiliser pour évaluer les résultats de l’action publique ?
La responsabilité politique est mise en cause à chaque renouvellement électoral puisque les citoyens peuvent sanctionner les élus qui n'ont pas rempli leurs obligations.
Il n'y a aujourd’hui pas d'évaluation au long cours de l’action publique.
J’ai proposé de créer des jurys de citoyens qui évalueraient les politiques publiques, par rapport à la satisfaction des besoins, ou par rapport au juste diagnostic des difficultés qui se posent, non pas dans un sens de sanction, mais pour améliorer les choses.
Ces jurys de citoyens pourraient être constitués par tirage au sort. Comme dans la Grèce antique. »

 

 

            Ceci démontre que la démocratie participative est un concept beaucoup plus ancien qu’il ne semble et qu’il n’y rien de populiste ou de poujadiste là dedans mais qu’on est bien au cœur des fondamentaux du Socialisme et de la Démocratie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

 

par Nicolas Gatineau publié dans : Démocratie Participative
ajouter un commentaire commentaires (0)    recommander

Calendrier

Octobre 2006
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

blog humour sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus
time : 535ms, 40ms, 00:25:15
debug :
cpu : 40
create : 00:25:15